Signes, tests, diagnostic : s’informer sur la maladie d’Alzheimer

Pour compléter notre dossier sur cette pathologie, Senectis souhaite vous décrire chaque étape que vous, ou un proche, devez réaliser en cas de doute. Une démarche qui vous permettra d’obtenir des certitudes et d’avancer dans la bonne direction si vos soupçons se révèlent justes.

Consultation médicale pour un diagnostic Alzheimer.
https://pixabay.com/fr/photos/st%C3%A9thoscope-m%C3%A9decin-md-m%C3%A9dicaux-3457519/

Continuer la lecture de « Signes, tests, diagnostic : s’informer sur la maladie d’Alzheimer »

L’humour pour faire avancer la recherche sur la maladie d’Alzheimer

Combattre Alzheimer avec le sourire de Tom Villa.
https://pixabay.com/fr/photos/boule-plage-heureux-oc%C3%A9an-rose-1845545/

Les EHPAD Senectis disposent d’unité spéciale pour accompagner les personnes souffrant de troubles de la mémoire comme la maladie d’Alzheimer. Aussi, pour répondre à vos questions, nous avons décidé d’y consacrer un dossier.

Cette pathologie est un sujet qui nous concerne tous. Elle frappe n’importe qui, sans aucune distinction sociale, peu importe sa condition physique ou ses capacités mentales. En France, plus de 900 000 personnes sont diagnostiquées positives. Dans le monde, 50 millions de personnes sont atteintes de démence. Une maladie insidieuse trop souvent passée sous silence tellement elle effraie la population, voire terrifie bon nombre d’entre nous. Pour libérer la parole, des comédiens tentent d’aborder le sujet avec le sourire.

Thierry Lhermitte et Tom Villa soutiennent la recherche

À l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, une vidéo intitulée Comment il s’appelle déjà ? a été dévoilée sur les réseaux sociaux le 21 septembre dernier. L’humoriste Tom Villa et le comédien Thierry Lhermitte jouent une scène de vie tout à fait banale. Celles de deux hommes se rencontrant par hasard dans la rue et s’installant à la terrasse d’un café pour discuter. On comprend très vite que les deux protagonistes se connaissent depuis longtemps. Mais, petit hic, Thierry nous laisse entendre à travers des apartés que son interlocuteur lui semble familier mais ne réussit pas à retrouver son prénom. Plutôt que de lui confesser ce petit oubli, il demande la carte d’identité de son interlocuteur en prétextant jeter un œil à la date de naissance pour constater à quel point il a grandi. Une situation qui prête à sourire tant elle semble commune.

Bienveillance et positivité pour aider les malades

En réalité, cette étourderie n’en est pas une. Il ne s’agit ni d’un trou de mémoire anodin, ni de sénilité mais bien d’un des symptômes de l’Alzheimer. Un symptôme que connaît bien Tom Villa puisque la maladie à touché sa grand-mère pendant 12 ans et depuis peu son grand-père. Dans ce spot de deux minutes, l’humoriste choisi de traiter le sujet de façon légère mais juste. Bien qu’il ne montre pas les aspects les plus cruels de la maladie, ce projet a le mérite de nous rappeler que la maladie existe toujours et qu’il faut continuer de soutenir la recherche, d’en parler et d’aller au delà des symptômes et de la peur. Car c’est avant tout avec beaucoup d’affection que les personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer ne perdent pas totalement pied.

Comment la peinture aide à soigner Alzheimer ?

De nombreux ehpad des Alpes-Maritimes comme partout en France proposent des ateliers artistiques et créatifs à leurs résidents. En effet, l’art peut-être une véritable thérapie pour des personnes atteintes de maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. La peinture notamment permet d’adoucir les symptômes et d’en ralentir l’apparition.

Homme âgé barbu qui peint
https://pixabay.com/fr/photos/l-homme-personnes-âgées-dessin-505353/

Continuer la lecture de « Comment la peinture aide à soigner Alzheimer ? »

Apprendre l’anglais pour mieux vieillir ?

Après la retraite, de nombreux seniors en profitent pour voyager. Mais la barrière de la langue peut devenir un vrai problème lors de votre séjour à l’étranger. L’anglais étant une des langues les plus parlées, il peut être utile de connaître les bases. Par ailleurs, apprendre une nouvelle langue aurait pour effet de retarder certains troubles cognitifs liés à l’âge comme les pertes de mémoire. Enseignées dans les Ehpad, les langues sont même des alliées efficaces dans l’accompagnement des résidents en perte d’autonomie.

Tableau noir avec des mots anglais
https://pixabay.com/fr/photos/tableau-noir-apprendre-langue-2721887/

Continuer la lecture de « Apprendre l’anglais pour mieux vieillir ? »

Comment utiliser un ballon avec les seniors ?

Si, passé un certain âge, le sport n’est plus aussi accessible, il existe néanmoins des idées d’activités réalisables avec tous les publics, certaines aidant même les résidents d’ehpad atteints d’Alzheimer ou d’autres maladies neurodégénératives à se sentir mieux. Parmi elles, le ballon est un accessoire fréquemment utilisé.

Activité motrice en ehpad. Continuer la lecture de « Comment utiliser un ballon avec les seniors ? »

Le sommeil chez les personnes âgées dépendantes

Ne pas négliger son sommeil est une des étapes importantes pour respecter une bonne hygiène de vie. Dormir permet à notre corps d’assimiler ce qu’il a vécu dans la journée et surtout lui offre la possibilité de récupérer. Le célèbre philosophe Schopenhauer pensait à ce propos que « le sommeil est pour l’ensemble de l’homme ce que le remontage est à la pendule ». L’analogie est belle et nous fait comprendre que bien dormir est nécessaire à un bon fonctionnement. Pourtant à tout âge le nombre d’heures de sommeil à respecter varie. Chez les personnes âgées notamment il est important de dormir 7 à 8 h par nuit pour être en forme au cours de la journée.

Néanmoins, nous le remarquons dans nos ehpad se trouvant sur la Côte d’Azur, le rythme change avec l’âge. Ensemble, essayons de comprendre un peu mieux le sommeil chez les personnes âgées, notamment celles dépendantes.

Femme âgée qui se repose
https://pixabay.com/fr/photos/femme-personnes-%C3%A2g%C3%A9es-fatigu%C3%A9-2870659/

Un sommeil allégé

Les nuits fragmentées, le réveil nocturne, l’incontinence ou encore le délai d’endormissement sont autant de facteurs qui peuvent nuire au sommeil des personnes âgées. Ce sont en effet des remarques que l’on entend souvent sortir de la bouche des résidents de nos ehpad dans les Alpes-Maritimes.

Ceci cause un problème majeur : le sommeil profond, qui est réparateur, dure moins longtemps.

L’institut national du sommeil et de la vigilance a d’ailleurs mené une étude sur le thème du sommeil et des personnes âgées. Déjà, plus de 30 % des plus de 65 ans se plaindraient de leur sommeil et sont concernés par une somnolence excessive au cours de la journée.

Ensuite, il est notable qu’avant cinquante ans un individu met généralement moins de 30 minutes avant de s’endormir et cette durée augmente avec l’âge jusqu’à plus de 45 minutes après 80 ans. Ajouté à cela les interruptions plus fréquentes au cours de la nuit, le sommeil est inéluctablement plus léger.

Pourquoi dormir est si important pour les seniors ?

Le sommeil améliore la qualité de vie et la santé. Le cerveau profite de cet instant de repos pour créer de nouvelles connexions ou améliorer l’organisation de celles-ci, les muscles se reposent et la mémoire se renforce. Ainsi, mal dormir peut entrainer de nombreux problèmes de santé.

Cela peut nuire aux défenses immunitaires et les fragiliser, augmenter le risque de chute et d’inattention, des vertiges, des douleurs musculaires ou osseuses et enfin, de trouble de la concentration ou de la mémorisation.

Forcément, une personne âgée atteinte d’une maladie neurodégénérative subira alors les symptômes de sa pathologie plus intensément avec un manque de sommeil.

Par ailleurs, une récente étude a démontré que les nuits blanches favoriseraient l’apparition de certains biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer. Ceci est dû à la protéine « tau » qui peut s’accumuler et provoquer des amas dans les neurones. Ces amas sont visibles dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer. L’expérience était simple : comparé le taux de cette protéine après une nuit normale et après une nuit blanche chez des individus jeunes et en bonne santé. De manière flagrante le taux de la protéine a augmenté après une nuit blanche, ce qui suggère encore une fois que bien dormir aide à ralentir l’apparition de certaines maladie et surtout à rester en forme.

Quelques astuces à appliquer pour mieux dormir

Rien n’est une fatalité et il est même aisé de retrouver une bonne hygiène de vie en ce qui concerne le sommeil. S’il existe des centaines d’astuces, certaines bonnes habitudes sont bonnes à prendre :

  • Avoir des heures de coucher régulières
  • Pratiquer une activité physique le matin et préférer se relaxer le soir (lecture, musique, méditation…)
  • Manger léger avant de se coucher
  • Ne pas trop boire avant le coucher afin de ne pas se lever pour uriner pendant la nuit
  • Éviter les écrans (télévision, ordinateur, téléphone, etc.)

Enfin, il est important d’aménager sa chambre convenablement. La température ne devrait pas dépasser les 18-20 °C, elle doit être aérée tous les jours et surtout le lit doit être confortable.

Les personnes âgées dépendantes, en ehpad ou non, peuvent aborder le sommeil avec angoisse et insécurité, c’est pourquoi il est important que leur entourage et leurs proches apprennent à les rassurer et à les renseigner sur les vertus d’un bon sommeil.

Une nouvelle piste pour traiter la maladie de Parkinson

Décrite en 1817 par James Parkinson, la maladie du même nom est une maladie neurodégénérative, c’est-à-dire qu’elle affecte le système nerveux en détruisant progressivement les neurones le constituant. C’est la seconde maladie de ce type la plus fréquente derrière la maladie d’Alzheimer. Dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), de nombreux résidents sont atteints de ces pathologies handicapantes et actuellement incurables.

Microscope de labo de médecine.
https://pixabay.com/fr/photos/analyse-biochimie-biologiste-2030265/

Continuer la lecture de « Une nouvelle piste pour traiter la maladie de Parkinson »

Comment fonctionne le dispositif MAIA ?

Dans un article précèdent nous présentions le dispositif MAIA et ses enjeux. Pour mieux comprendre ce dispositif il est utile de savoir ce que sont les outils mis en place et la façon dont ils le sont. Pour rappel, le dispositif MAIA aide les personnes âgées en perte d’autonomie en les accompagnant dans les démarches, souvent lourdes, qu’ils ont avec les différents organismes comme les ehpad, les CCAS et tant d’autres.

Une personne âgée qui sert la main de son infirimière.
https://pixabay.com/fr/photos/d-accord-accord-asie-black-1238964/

Continuer la lecture de « Comment fonctionne le dispositif MAIA ? »

Qu’est-ce que le dispositif MAIA qui aide les personnes âgées ?

En 2008, la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a créé un dispositif du nom de MAIA, « Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins pour le champ de l’Autonomie ». Les résidents des unités Alzheimer notamment, dans nos ehpad de la région PACA, en bénéficient.

Personne poussant un fauteuil roulant de dos.
https://pixabay.com/fr/photos/hospice-pour-l-entraide-1797305/

Continuer la lecture de « Qu’est-ce que le dispositif MAIA qui aide les personnes âgées ? »

Une journée dans la vie d’un malade d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche plus de 850 000 personnes en France. Même si la maladie et ses symptômes sont de plus en plus connus, il est difficile de se figurer ce qu’un malade et ses proches vivent au quotidien. Déjà, peu de monde le sait, mais la plupart des malades vivent chez eux et non en ehpad ou en établissements spécialisés. Dans la suite de notre article précédent sur les sept stades de la maladie, découvrons comment se déroule une journée d’un malade et de ses proches.

Alzheimer écrit sur un puzzle pas fini.
https://pixabay.com/fr/illustrations/d%C3%A9mence-alzheimer-%C3%A2ge-puzzle-3268560/

Continuer la lecture de « Une journée dans la vie d’un malade d’Alzheimer »