L’humour pour faire avancer la recherche sur la maladie d’Alzheimer

Combattre Alzheimer avec le sourire de Tom Villa.
https://pixabay.com/fr/photos/boule-plage-heureux-oc%C3%A9an-rose-1845545/

Les EHPAD Senectis disposent d’unité spéciale pour accompagner les personnes souffrant de troubles de la mémoire comme la maladie d’Alzheimer. Aussi, pour répondre à vos questions, nous avons décidé d’y consacrer un dossier.

Cette pathologie est un sujet qui nous concerne tous. Elle frappe n’importe qui, sans aucune distinction sociale, peu importe sa condition physique ou ses capacités mentales. En France, plus de 900 000 personnes sont diagnostiquées positives. Dans le monde, 50 millions de personnes sont atteintes de démence. Une maladie insidieuse trop souvent passée sous silence tellement elle effraie la population, voire terrifie bon nombre d’entre nous. Pour libérer la parole, des comédiens tentent d’aborder le sujet avec le sourire.

Thierry Lhermitte et Tom Villa soutiennent la recherche

À l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, une vidéo intitulée Comment il s’appelle déjà ? a été dévoilée sur les réseaux sociaux le 21 septembre dernier. L’humoriste Tom Villa et le comédien Thierry Lhermitte jouent une scène de vie tout à fait banale. Celles de deux hommes se rencontrant par hasard dans la rue et s’installant à la terrasse d’un café pour discuter. On comprend très vite que les deux protagonistes se connaissent depuis longtemps. Mais, petit hic, Thierry nous laisse entendre à travers des apartés que son interlocuteur lui semble familier mais ne réussit pas à retrouver son prénom. Plutôt que de lui confesser ce petit oubli, il demande la carte d’identité de son interlocuteur en prétextant jeter un œil à la date de naissance pour constater à quel point il a grandi. Une situation qui prête à sourire tant elle semble commune.

Bienveillance et positivité pour aider les malades

En réalité, cette étourderie n’en est pas une. Il ne s’agit ni d’un trou de mémoire anodin, ni de sénilité mais bien d’un des symptômes de l’Alzheimer. Un symptôme que connaît bien Tom Villa puisque la maladie à touché sa grand-mère pendant 12 ans et depuis peu son grand-père. Dans ce spot de deux minutes, l’humoriste choisi de traiter le sujet de façon légère mais juste. Bien qu’il ne montre pas les aspects les plus cruels de la maladie, ce projet a le mérite de nous rappeler que la maladie existe toujours et qu’il faut continuer de soutenir la recherche, d’en parler et d’aller au delà des symptômes et de la peur. Car c’est avant tout avec beaucoup d’affection que les personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer ne perdent pas totalement pied.

Des cours pour personnes âgées ?

S’il existe bien une idée reçue sur la vieillesse, c’est que l’on n’a plus rien à apprendre passé un certain âge. Pourtant, si l’enfant a une plasticité du cerveau et une capacité d’adaptation très souvent supérieures, les démarches d’apprentissage à l’âge adulte ou à la retraite ne peuvent être que profitable à leurs bénéficiaires. Ainsi, il n’est pas rare que nos Ehpad des Alpes-Maritimes proposent des cours, particuliers ou non, dans différents domaines.

Cahiers et ordinateur.
https://pixabay.com/fr/photos/ordinateur-%C3%A9cole-%C3%A9couteurs-livres-5130405/

Continue reading “Des cours pour personnes âgées ?”

Peut-on prévenir la perte d’autonomie d’une personne âgée ?

Tout le monde redoute le moment fatidique où il n’est plus possible d’aider soi-même une personne âgée en perte d’autonomie, rendant son inscription en Ehpad est inéluctable. Mais culpabiliser n’arrange rien, d’autant plus que dans ces établissements, il est certain qu’ils vivront mieux et seront entourés à toute heure.

Toutefois il est largement possible d’adopter des gestes au quotidien qui retardent la perte d’autonomie ou l’apparition de symptômes de maladies neurodégénératives par exemple.

Mains d'une femme âgée tenant une canne.
https://pixabay.com/fr/photos/main-humaine-femme-adulte-mains-3666974/

Continue reading “Peut-on prévenir la perte d’autonomie d’une personne âgée ?”

Des soins esthétiques en Ehpad ?

À tout âge il est important de se sentir bien dans sa peau, que l’on soit dans la vie active, à l’école, ou même à la retraite. C’est pourquoi, depuis les années 80, il existe des soins appelés « socio-esthétiques » qui aident des malades à mieux se sentir au quotidien. Dans nos Ehpad Senectis nous organisons chaque semaine une intervention d’un ou une spécialiste qui vient s’occuper des résidents. Mais quels sont les bienfaits d’une telle pratique ?

Soins esthétiques
https://pixabay.com/fr/photos/traitement-doigt-donjon-main-1327811/

Continue reading “Des soins esthétiques en Ehpad ?”

Comment la peinture aide à soigner Alzheimer ?

De nombreux ehpad des Alpes-Maritimes comme partout en France proposent des ateliers artistiques et créatifs à leurs résidents. En effet, l’art peut-être une véritable thérapie pour des personnes atteintes de maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. La peinture notamment permet d’adoucir les symptômes et d’en ralentir l’apparition.

Homme âgé barbu qui peint
https://pixabay.com/fr/photos/l-homme-personnes-âgées-dessin-505353/

Continue reading “Comment la peinture aide à soigner Alzheimer ?”

Peut-on être aidant d’un proche âgé à domicile ?

Avoir un proche âgé peut être une source de stress et de travail supplémentaire. D’autant plus que le cadre de vie qui leur est proposé n’est pas forcément le plus adapté. Nos proches âgés peuvent se retrouver seuls chez eux et ne côtoyer que très rarement d’autres personnes. Ces problèmes s’accentuent lorsqu’ils sont malades. Les Ehpad comme ceux de Senectis sont des établissements adaptés pour accueillir des publics en perte d’autonomie. Mais il est possible de continuer d’aider des personnes âgées malades chez eux. Voici pourquoi.

Mains de personnes âgées
https://pixabay.com/fr/photos/mains-vieux-vieillesse-2906458/

Continue reading “Peut-on être aidant d’un proche âgé à domicile ?”

Apprendre l’anglais pour mieux vieillir ?

Après la retraite, de nombreux seniors en profitent pour voyager. Mais la barrière de la langue peut devenir un vrai problème lors de votre séjour à l’étranger. L’anglais étant une des langues les plus parlées, il peut être utile de connaître les bases. Par ailleurs, apprendre une nouvelle langue aurait pour effet de retarder certains troubles cognitifs liés à l’âge comme les pertes de mémoire. Enseignées dans les Ehpad, les langues sont même des alliées efficaces dans l’accompagnement des résidents en perte d’autonomie.

Tableau noir avec des mots anglais
https://pixabay.com/fr/photos/tableau-noir-apprendre-langue-2721887/

Continue reading “Apprendre l’anglais pour mieux vieillir ?”

Nos résidents ont pu jardiner à Senectis

Dans nos Ehpad de la région PACA, entre les risques de contamination du coronavirus et les fortes chaleurs, les activités se réduisent. Aider les seniors à ne pas s’ennuyer peut devenir alors un vrai défi. Ce mois-ci nous avons décidé de jardiner à l’ombre en toute sérénité.

Apprendre à rempoter

Certaines des fleurs de l’Ehpad avaient besoin d’un nouveau pot pour continuer de grandir. L’atelier jardinage a permis d’animer l’après-midi et de joindre l’utile à l’agréable.

Avec une accompagnante, certains résidents se sont alors affairés, mains dans le terreau, à déterrer doucement les plantes et leur offrir une nouvelle maison, plus grande.

Un moment privilégié

Outre le fait que cela permet de sortir et de profiter de l’air extérieur, la pratique de cette activité offre des bienfaits extraordinaires auprès des résidents atteints de maladies neurodégénératives.

Cela permet de reprendre contact avec l’extérieur grâce à la stimulation des sens. Certains malades perdant la mémoire, comme ceux atteints d’Alzheimer, peuvent ainsi retrouver des souvenirs d’enfance à la campagne par exemple.

C’est également une activité manuelle qui les aide à retrouver une certaine coordination psychomotrice. La maladie de Parkinson peut réduire cette coordination. Ainsi, des progrès remarquables ont été observés sur les résidents pendant les activités. Ils se concentrent, sont minutieux et parviennent à réaliser ce qui était prévu.

La pratique des jeux de société en Ehpad

Plusieurs fois par mois, dans les Ehpad Senectis, les résidents ont l’occasion de jouer à des jeux de société. Plus qu’un simple divertissement, ils permettent d’aider les personnes âgées à garder une bonne santé mentale, notamment celles souffrant de maladies neurodégénératives.

jeu de société
https://pixabay.com/fr/photos/conseil-jeu-la-concurrence-761586/

Apprendre à retenir des informations

De nombreux jeux de société font appel à la mémoire à court terme. Une simple mécanique de jeu comme se souvenir de la couleur de son pion, de la carte qui a été jouée au précédent tour suffit à la faire travailler.

Il est évident que, selon le degré de sévérité de la maladie, le déroulement global du jeu ne se passera pas toujours correctement. Néanmoins, une pratique régulière donne véritablement de bons résultats quant à l’atténuation des symptômes ou le retardement de leur apparition.

Pour citer quelques jeux de mémoire, il y a évidemment les jeux de cartes, le memory, le Cluedo et tant d’autres.

Faire appel à la mémoire lointaine

Jouer à certains jeux en groupe permet de stimuler la mémoire à long terme. Cette dernière regroupe les souvenirs. Le but du jeu est ici d’aider les personnes âgées à se remémorer des moments vécus pendant leur enfance, des musiques d’une autre époque, ou encore des vieux films. Les meilleurs jeux rentrant dans cette catégorie sont évidemment les quiz avec des questions de culture générale. Les blindtest et autres jeux d’énigmes sont également très efficaces.

La dénutrition chez les personnes âgées

En France on estime que plus de deux millions de personnes souffrent de dénutrition, qui englobe l’ensemble des troubles qui sont provoqués par une alimentation ou une assimilation déficitaire. Parmi ces personnes se retrouvent en grande partie les personnes âgées, qu’elles soient à domicile, en établissements d’hébergement spéciaux comme des ehpad ou des maisons de retraite ou même en hôpital.

Selon une étude de la Haute Autorité de Santé, à partir de 70 ans la dénutrition a une incidence plus importante sur un suivi de trois ans (de 5 % à 17 %).

Assiette vide et couverts sur une nappe blanche
https://pixabay.com/fr/photos/vaisselle-blanc-assiette-938747/

Continue reading “La dénutrition chez les personnes âgées”